devant-le-poste-de-police

La récente inculpation de DSK et les commentaires que cela a provoqués, me conduisent à quelques remarques, qui débordent un peu le cas spécifique.

Y a-t-il complot ? L'inculpé est-il malade ? Est-ce équitable de tant dépenser pour abattre un adversaire ? Une "élite" sera-t-elle jugée ?

1-On parle de complot, ce qui est une manière de réduire sa responsabilité. Où est le début d'une preuve ? Pourtant, 57% des Français y croient. Ce n'est, certes, pas  impossible, mais rien à ce stade ne devrait conduire à cette croyance. Les dangers des jugements populaires sont ici évidents.

2-Ce pauvre "chimpanzé en rut" serait malade et devrait se soigner, dit-on. Encore une piste pour le faire échapper à sa responsabilité. A notre époque et en prolongement de la disparition de la sphère privée, toute déviance devient une maladie, un enfant agité, un couple à la dérive, un toxicomane, un pédophile, etc. Qu'à l'instant même de l'acte, une pulsion irrépressible ait eu lieu, peut-être, avec réserve. Mais qu'avait-il fait de sa liberté pour que cela n'arrive pas ? Quelle indulgence n'avait-il pas eue pour des penchants jamais contrôlés, dont l'exercice répété l'a conduit là où il est allé ? Lla longue série d'aventures connues montre bien sa lâcheté. C'était un choix. Il en porte la responsabilité.

3-Je trouve indécentes les sommes considérables que, vu sa richesse et celle de son épouse, il peut dépenser non seulement pour se défendre, mais surtout pour détruire les arguments et la posture de son adversaire, ce qui, vu la situation modeste de celui-ci, est en fait une destruction de sa personne. Cette femme n'ira pas loin avec son simple salaire ; elle n'a pas de peintures de maîtres à vendre. Qui parle de justice équitable ? La nuit du 4 août nous a peut-être fait perdre les privilèges du sang. Ils sont remplacés par ceux de l'argent, ici d'une manière qui me choque.

4-Pour résumer mon actuelle compréhension de la situation et en attente d'un jugement, un monsieur, très riche et puissant, en possession de ses moyens, d'une arrogance bien établie et habitué à satisfaire ses passions sans y avoir mis de frein, a commis des violences inexcusables. S'il y a une justice aux USA, au-delà des spectacles hollywoodiens que les tribunaux donnent aux médias, que DSK, si sa culpabilité est prouvée, en subisse les conséquences civiles, mais surtout pénales. Un "arrangement" serait encore un coup porté à l'image populaire des élites qui n'en ont pas besoin !


Back to top